• Chez moi

    Chez moi

    SOUS LE CIEL

     

    J'aime le silence habité par les chants d'oiseaux et les bourdonnements, zonzonnements d'insectes affairés qui règne dans mon jardin.

     

    Coincé entre un mur de parpaing de deux mètres de haut sur toute la longueur, commandé par la voisine, pour ne plus nous voir, mes fils et moi, (J'espère que le maçon qui l'a construit lui en a demandé un bon prix !), et un grillage de la même taille de l'autre côté, il est plein de vie.

     

    Avant, il n'y avait pas de clôtures. Plus tard, j'avais planté des lilas et des arbres à papillons, pour les abeilles, les couleurs et les odeurs.

    Ils ont été, en partie, assassinés pour la construction de cette pâle copie de la muraille de Chine. Comme si la végétation ne fermait pas assez !

     

    Il est petit, mon jardin, comme un minuscule îlot, avec des fleurs, quelques légumes, et les chats, et l'hôtel à insectes.

    Et il y a assez de place pour que mes chiens se dorent au soleil et que nous puissions prendre le café ou le repas en terrasse.

    Près de la maison, le figuier offre son ombre et ses fruits violets, en fin de saison.

     

    Et puis, il y a l'abri dans lequel je range le bois de chauffage, de la paille ou du foin glané après la récolte des cultivateurs, dans lequel les chats font de bonnes siestes et de confortables nuits. Ils sentent bon l'herbe sèche, mes félins...

     

    Au bout, est installé le poulailler, fermé à l'arrière par une barrière de bois de style gaulois. Le lierre et les arbustes l'ont en partie recouverte. Oiseaux et bestioles s'y croisent et vont picorer le grain des poules.

    Dans l'enclos, pousse un sureau au pied duquel je verse la gamelle d'eau des poules que je change chaque jour. En échange, il me donne une partie de ses fleurs pour en faire le délicieux « champagne des fées », et des tisanes parfumées.

     

    Derrière le poulailler s'étend un verger où les sangliers viennent manger les fruits tombés. Dans le calme nocturne, je les entend souvent croquer et grommeler.

     

    Et derrière ce verger, se dresse le Pic, la fameuse Montagne Inversée qui nous protège du vent marin.

     

    Mon jardin, il est tout petit, mais il contient tout un monde...


  • Commentaires

    1
    jomo
    Samedi 4 Septembre à 13:01
    J'ai Lu et j'ai aimé comme d'autres qui ont vu et ont été... Convaincus.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :